vendredi 8 novembre 2013

Rodanski fait coup double : "Je suis parfois cet homme" et "Substance 13" en librairie

« Il continue sa route. »

Cette phrase banale est la dernière qu’on entend de la bouche même de Stanislas Rodanski (1927-1981) dans Horizon perdu, le film bouleversant tourné avec lui par Bernard Cadoux et Jean-Paul Lebesson dans l’enceinte de l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu où il était interné. Elle résume le sort de ses publications, qui ne cessent de s’amplifier.


Depuis La victoire à l’ombre des ailes (1975), son premier livre, les textes narratifs, autobiographiques et autres journaux de Rodanski ont pris le dessus, par leur poésie même, sur son œuvre poétique stricto sensu. Je suis parfois cet homme, que publie aujourd’hui Gallimard, rassemble quelques-uns des très nombreux poèmes que Rodanski a écrits de son adolescence jusqu’à son internement définitif, à mi-parcours d’une existence assez brève (54 ans). Abondance d’images parfois réitérées, tonalité d’outre-tombe et d’outre-vie ou lyrisme brûlant comme de la glace, Rodanski y exprime la conscience inquiète de sa multiplicité et la hantise de sa dislocation. Que ces poèmes, après ceux de Des proies aux chimères (Plasma, 1983) et La Montgolfière du Déluge (Deleatur, 1991) paraissent aujourd’hui dans la prestigieuse collection blanche est plus qu’une forme tardive de reconnaissance : une incitation à poursuivre la mise à la lumière de cette œuvre ténébreuse jusque dans l’humour.


Après Requiem for me en 2009, les éditions des Cendres font paraître aujourd’hui Substance 13, chronologiquement première tentative romanesque de Rodanski. Ecrit à la manière d’un scénario lors de son premier long internement à l’hôpital de Villejuif au cours de l’été 50, ce récit halluciné met en scène les personnages de sa fantasmagorie : lui-même pour commencer, sous les traits évolutifs de son avatar, Jacques Vaché en personne ! On y croise également quelques figures du monde réel ou surréel, André Breton et Claude Tarnaud par exemple, plus ou moins “fictionnifiés”. Une atmosphère brumeuse baigne cette intrigue aux péripéties aussi chaotiques, aux contours aussi flous que ceux d’un rêve. Dans ce film verbal, l’écran cesse d’être une frontière et le lecteur finit par fusionner avec ce qu’il lit.




Je suis parfois cet homme, 1 vol. broché, 176 p., éditions Gallimard, 17 €  Commander sur le site de l'éditeur 

Substance 13, 1 vol. broché, 192 p., éditions des Cendres, 24 € Commander sur le site de l'éditeur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire